Comment mon rapport à Instagram a changé…

Comment mon rapport à Instagram a changé…

Il y a un peu plus d’un an maintenant, j’ai décidé de me lancer dans une aventure un peu folle : créer mon blog. Moi, Océanne, la fille timide et réservée. Premièrement car ma licence en marketing numérique a fait de moi une passionnée du digital, des outils, des réseaux, etc. Et puis c’était un défi aussi, pour voir si je pouvais gérer mon petit projet, comme ma petite entreprise et intéresser des personnes via le virtuel. C’était aussi l’occasion pour moi de m’ouvrir, de vaincre ma timidité par un moyen moins ‘brutal’.

Pour moi c’était simple : qui dit blog dit réseaux sociaux. Et oui, dur dur de se faire connaître sinon ! Me voilà donc, le 1er janvier 2017, sur Instagram, à poster ma première photo sous le nom de @laviefrenchie. Instagram, ce réseau qui deviendra mon réseau social principal en parallèle du blog.

Pourquoi Instagram ?

C’était une évidence. Instagram c’est le réseau social en vogue, c’est là où il est le plus facile d’être suivie, d’avoir un peu de visibilité et faire le lien avec un blog. Tenir un compte Instagram semble simple puisqu’il suffit de partager son quotidien, ses repas, ses tenues, son appartement, ses activités, même son animal de compagnie ! En fait, il s’agit de tout ce qui nous entoure et qu’on aime. (En réalité ça demande pas mal de travail, du temps, de l’imagination et de la créativité pour se créer son propre univers et se démarquer)

De plus, j’ai toujours aimé faire des photos quotidiennement (bien que je sois à un niveau plus qu’amateur), les retoucher, faire en sorte qu’elles aillent bien ensemble, que le rendu soit harmonieux. J’avais d’ailleurs un compte Instagram personnel sur lequel j’étais active, j’ai donc toujours aimé Instagram. Voilà pourquoi, selon moi, Instagram serait le “tremplin” pour m’aider à développer mon blog. Tant qu’à faire, j’ai décidé de lier l’utile à l’agréable !

Vous l’aurez donc compris, je n’ai pas vraiment débarqué sur Instagram par hasard, dans le sens où mon objectif était de développer et faire connaître mon blog via ce réseau social. J’avais cette approche plutôt “marketing”. Alors dit comme ça, ça peut rebuter, je l’avoue. Mais cela ne m’a pas empêché d’être moi-même, naturelle et spontanée. Au contraire ! C’est la règle de base que je suis fixée, de ne pas jouer un rôle qui n’est pas moi. J’ai toujours voulu rester accessible, pour créer ce lien et avoir un réel partage.

Un commencement rythmé…

Dès ce 1er janvier, j’ai commencé mon aventure sur les chapeaux de roues. 1 photo, puis 2, 4, 5, 10, etc… c’est qu’Instagram devient vite addictif ! En très peu de temps, il est rentré dans mon quotidien, dans mes habitudes. Le réflex du matin : Instagram. A la pause déjeuner : Instagram. Avant de se coucher : Instagram. Durant les premiers mois, @laviefrenchie c’était :

  • 1 photo par jour, voire 2. Tous les jours, je prenais du temps pour faire plusieurs photos et en avoir toujours d’avance. Dès que je rentrais chez moi, c’était le rituel photo ! J’adorais (et j’aime toujours) réfléchir à de nouvelles idées de photos, à la mise en scène des objets, aux retouches et filtres. Alors oui, certaines personnes diront “de base Instagram c’est la spontanéité et l’instantanéité non ?”. Oui, mais depuis le réseau a évolué, et je pense que chacun est libre d’appréhender Instagram comme il l’entend. Et puis depuis quelques mois les stories permettent de contrebalancer !

Feed Instagram avant - La Vie Frenchie

  • Des centaines de photos likées et commentées chaque jour. Je passais certainement plusieurs heures par jour sur Instagram. Autant de temps pour liker plein de photos, commenter et découvrir de nouveaux comptes, de nouvelles personnes ! D’ailleurs, j’ai pu faire de belles rencontres. J’ai pu parler à énormément de personnes (tu en fais peut-être partie !), m’ouvrir aux autres, être moins timide, découvrir beaucoup de choses, malgré que ce ne soit que du virtuel. J’ai eu la chance d’avoir beaucoup d’échanges et de partage avec vous, et ce encore aujourd’hui !
  • 1 partage chaque semaine, ou même 2. Chaque week-end j’organisais un partage avec d’autres instagrameuses, ou même toute seule. C’était pour moi incontournable et obligatoire pour développer mon compte. Pour faire découvrir à d’autres personnes de jolis comptes, et puis évidemment pour donner un coup de boost et de visibilité à mon compte.

Tout ça combiné, cela me permettait de gagner minimum 100 abonnés par semaine. Ce qui était énorme étant donné que je débutais ! En plus de cela, ma petite communauté était très active (et l’est toujours). Autant de résultats motivants pour continuer !

A mes débuts, j’étais assez focalisée sur les chiffres. Je voulais toujours plus, avec des statistiques toujours plus grandes, toujours plus d’activité. Clairement j’étais dans la course aux abonnés, aux likes, à l’interactivité. Je le dis. Oui, cette approche tant critiquée, qui fait polémique. C’est bien souvent mal vu, mais c’est vrai que quand on fait quelque chose qu’on aime, quand on y passe du temps et qu’on y met du coeur, on a envie de le partager avec un maximum de personnes. On veut que les autres aiment autant que nous ce que l’on fait. Ou alors on veut aussi se rassurer, se convaincre et convaincre les autres que ce l’on fait est bien. Et pour ma défense (la fille qui cherche à se justifier), j’ai le mérite d’avoir toujours été honnête, je n’ai jamais menti ou caché quoi que ce soit. Je n’ai pas eu recours à des pratiques douteuses (achat d’abonnés ou follow-unfollow, NO WAY !).

Bref, j’ai continué à ce rythme pendant plusieurs mois, je me suis finalement entièrement consacrée à Instagram, en abandonnant petit à petit mon blog qui n’attirait pas grand monde… Instagram est devenu un vrai passe-temps, une passion. J’étais ultra active. Au fil du temps, je me focalisait moins sur les chiffres pour privilégier le contenu. Car c’est un contenu de qualité et soigné qui fait toute la différence. C’est le contenu qui a un impact sur les chiffres, et pas l’inverse (morale à retenir et à noter dans son bullet journal). J’ai commencé à réfléchir à des photos plus complètes, plus recherchées, à des retouches plus naturelles.

Feed Instagram après - La Vie FrenchieVoilà globalement quel était mon état d’esprit face à Instagram.

… jusqu’à l’overdose

A un moment, je me suis rendue compte que c’était trop, que tout était trop. L’overdose. Je passais trop de temps sur Instagram, et j’ai réalisé je me mettais la pression pour garder le rythme et poster tous les jours. Je me sentais oppressée, j’avais l’impression qu’Instagram était carrément intrusif dans ma vie personnelle. Instagram était devenu une priorité. Ce qui était à la base un plaisir est devenu une contrainte, et ce n’était pas du tout ce que je voulais ! En plus de ça, beaucoup (beaucoup) de choses m’ont exaspéré, énervé, dégoûté d’Instagram.

Oui, je parle premièrement du nouvel algorithme totalement orienté business qui veut nous pousser à tout acheter et qui met sur la touche les comptes “honnêtes”. Ce même algorithme qui nous conditionne et nous restreint.

Je parle aussi des publications masquées de notre fil d’actualité au profit de posts sponsorisés (dont on s’en fout royalement 99.9% du temps).

Ou encore des partages en story incessants, avec les mêmes comptes qui reviennent tous les jours.

Je parle également de cette forme de boulimie des chiffres qui poussent certaines personnes à une course effrénée aux abonnés et aux likes et qui ne voient QUE par ça, qui vivent pour ça. Sans oublier ces personnes qui passent leurs journées à follow-unfollow, ou qui achètent likes et abonnés simplement pour remplir leur égo en quête de notoriété.

Paradoxalement, je veux aussi parler de ces personnes (“instagrameuses-blogueuses”) qui se plaignent H24 de tout ça. Insupportables. Vous savez, ces personnes qui font des coups de gueule absolument tous les jours pour se plaindre de l’algorithme et d’une baisse d’activité comme si le monde leur était tombé sur la tête (alors qu’elles continuent de gagner 500 abonnés par semaine bien sûr). Ou pour insulter celles qui achètent des abonnés par exemple. Ces mêmes personnes qui font des partages intempestifs au moins 3 fois par semaine, ce n’est pas une forme d’achat ça peut-être ? Certes, pas avec de l’argent, mais avec la notoriété, la visibilité. Le procédé est assez similaire finalement.

Et si on parlait également du copié/collé sur tous les comptes ? Combien de photos de montres aux poignets ou de selfies dans un miroir voit-on chaque jour sur Instagram ? Personnellement j’ai arrêté de les compter. On fait toutes partie du lot, j’en fais d’ailleurs partie (auto-dénonciation). Instagram est tellement saturé qu’il est difficile de se démarquer. Et que ce soit consciemment ou inconsciemment, on s’inspire les unes les autres et on se retrouve à faire quasiment la même chose. Y’a de quoi se lasser… Sans compter les personnes qui copient délibérément les photos des autres !

Enfin, je veux parler de ce culte de l’hypocrisie qui règne sur Instagram. De ces personnes qui jouent un rôle, qui veulent se faire passer pour ce qu’elles ne sont pas, pour se faire aimer. Mais une personne qui n’est pas elle-même, ça se voit à 1000km ! Même sans la connaître… Voilà, sur Instagram tout est dans le paraître, tout est enjolivé, embelli. Alors je n’ai rien contre ça, puisque moi-même sur mes photos je fais tout pour le rendu soit le plus joli possible. Le problème, c’est que malheureusement tout le monde ne l’utilise pas à bon escient. Ce qui pousse Instagram à tomber dans le fake

On se retrouve donc avec un réseau social qui perd son côté “social” justement, son aspect humain, son partage. Ceci au profit d’une bulle de négativité, de prises de tête, de plaintes. Où est donc passé la légèreté d’Instagram ?

Et maintenant ?

Avec tous ces points, je pense que vous aurez compris ce qui m’a fait prendre du recul. Clairement, j’ai arrêté de faire tout ce qui m’énerve chez les autres. Fini les partages quotidiens, que ce soit en post ou en story. Fini aussi les posts tous les jours. Je ne m’impose plus rien et j’écoute mes envies. Et tant pis pour les chiffres. Ainsi, j’essaye d’écarter tout ce qui ne me plait pas sur Instagram pour ne garder que le positif. Avec cette remise en question, j’ai pu remettre les choses à leurs places. J’ai pris conscience qu’Instagram n’est pas la réalité. Tout est orchestré, tout est virtuel. Il ne faut pas s’attacher aux chiffres, aux statistiques. Il faut savoir prendre du recul et se détacher de ce monde qui n’est que virtuel. Je me suis recentrée sur ce qui est réellement important, sur ce qui doit être un plaisir, sur ce que je veux faire. (Ce qui explique notamment la reprise sérieuse de mon blog)

Pour celles qui me suivent, vous comprenez donc pourquoi et comment mon rapport à Instagram a changé. En totale transparence et en toute honnêteté.

Si cet article vous a plu, épinglez cette image sur Pinterest !


Et vous, quel est votre rapport à Instagram ? Y a-t-il des choses qui ont changé ? 

 

Suivre:
Partager:

12 Commentaires

  1. 6 février 2018 / 11:47

    Hello ma belle, je partage cet avis avec toi, et j’espère te retrouver bientôt ici, et sur insta 🙂

  2. 26 janvier 2018 / 16:44

    Article super intéressant 🙂 Est ce que tu pourrais faire un article sur comment tu retouche tes photos instagram ?

    • Océanne
      Auteur
      8 février 2018 / 19:49

      Je suis contente que mon article t’ai plu !
      Oui pourquoi pas faire cet article 🙂
      Sinon n’hésite pas à me contacter sur les réseaux sociaux.
      Des bisous, à bientôt !

  3. 25 janvier 2018 / 14:16

    Hello!
    Je suis totalement d’accord avec toi. Pendant un bon moment, je me mettais la pression par rapport à Instagram. Je passais des heures à essayer d’arranger mon compte, et à planifier les prochaines photos pour qu’au final, ça ne me plaise plus et que ça vienne rapidement à m’énerver.
    Avoir une communauté devient de plus en plus dur, je stagne à 285, “grâce” aux follow-unfollow et c’est tellement énervant qu’à force j’avais arrêté de regarder qui venait de me suivre à cause de ça. Après, je ne demande pas 45784 followers mais avoir une petite communauté serait tellement plaisante, pouvoir parler avec des gens sur des intérêts communs, mais c’est le néant presque.
    Je ne comprends pas non plus pourquoi les comptes qui ont le plus d’abonnés se ressemblent tous. Presque tu “copié/collé”, après, tant mieux pour ces personnes. Mais je ne comprends pas vraiment cependant. Tous est calculé, et le naturel n’est pas vraiment présent et c’est vrai que c’est dommage pour ça.

    • Océanne
      Auteur
      8 février 2018 / 19:54

      Coucou,
      Malheureusement Instagram n’est pas vraiment juste : on peut passer des heures à travailler sur ses photos, à être active, etc, et n’avoir aucun résultat satisfaisant… ou au contraire, pour certaines, poster quelques photos comme ça et gagner de fou. Mais l’important est d’attirer les bonnes personnes, celles qui échangeront avec toi ! Moi j’ai eu cette chance d’avoir énormément d’interactivité avec une petite communauté, c’est génial.
      C’est vrai concernant les gros comptes, après les centres d’intérêts sont les mêmes donc je peux comprendre qu’on retrouve le même contenu, mais bon… c’est bien de se différencier avec des mises en scène originales par exemple.
      Des bisous, à bientôt !

  4. 25 janvier 2018 / 11:34

    Coucou super article et totalement d´accord avec toi ! Ćest bien dommage les petites blogueuses n’auront plus leur chance :/

    Je viens d’écrire un article un peu dans le même esprit: blogueuses, sommes-nous toutes des clones. Ça peut t’intéresser peu trop être.

    À bientôt !

    • Océanne
      Auteur
      8 février 2018 / 19:38

      Hello, oui c’est vrai que c’est très dur de se faire une place maintenant, il y a comme une sorte de monopole sur Instagram…
      Je vais lire ton article de suite !
      Des bisous, à bientôt 🙂

  5. 25 janvier 2018 / 10:06

    Coucou ! Très bel article. Très vrai. J’ai également saturé d’Instagram qui a tellement changé. Avant je postais spontanément maintenant j’ai une pression nouvelle à cause du nouvel algorithme qui masque toutes mes publications. Je ne peux plus suivre les comptes que j’aime car on me suggère sans cesse les mêmes choses. Tout devient sponsorisé. Beaucoup trop de compte sont « fake ». C’est désolant.
    Heureusement le blog est là 😉
    Bonne journée xo

    • Océanne
      Auteur
      8 février 2018 / 19:42

      Coucou ma belle,
      C’est vrai que ça met une sacrée pression mine de rien, à savoir si on poste à la bonne heure, si les gens vont voir notre photo, etc… tout est fait pour qu’on achète maintenant !
      Oui heureusement qu’on reste “libre” sur le blog et qu’on peut vraiment le gérer comme on le veut 🙂
      Des bisous, à bientôt !

  6. Maëva (@frenchie.daily)
    24 janvier 2018 / 22:44

    Je suis totalement d’accord avec toi, pendant quelques temps quand je ne postais pas j’étais limite mal.. comme si j’avais oublié de réviser pour un partiel ou autre 😅 et puis j’ai pris du recul et maintenant je pense quand bon me semble, tous les jours si j’ai le temps sinon ça passe au second plan et puis je publie ce que j’aime, je pense avoir trouvé mon style à voir s’il plait ou non.. mais peu m’importe 😊
    Continue ton blog il est super ! 😘

    • Océanne
      Auteur
      8 février 2018 / 19:44

      Coucou ma belle,
      Oui le mieux est d’écouter ses envies ! On se sent tout de suite mieux.
      Merci, je suis ravie que mon blog te plaise 😀
      A bientôt !

  7. 24 janvier 2018 / 19:56

    Très bien cette article ! Je partage totalement ton avis 👌🏻

Laisser un commentaire